Bonjour à tous.
Ce terme « ENTREPRISE DU FUTUR » est à la mode, pourtant il n’a jamais été aussi vrai. Nous nous placerons uniquement aujourd’hui sur l’aspect humain de l’entreprise et laisserons de côté l’aspect numérique largement débattu par ailleurs.

Premier constat : la relation employé-employeur change. 

De plus en plus l’organisation pyramidale dite en silo s’aplatit. Tendance forte que l’on retrouve bien dans les PME. La force de proposition des salariés est de plus en plus prise en compte. Nous parlons maintenant d’entreprises « collaboratives » Joël de Rosnay indiquait récemment qu’il faut écouter les millennials (classe d’âge de 20 à 30 ans) qui savent bousculer l’entreprise. Ces millennials travaillent par tâche ou se mettent en statut indépendant (2.8 millions en France, 40 millions aux USA). Grâce à eux nous pouvons parler d’intelligence collaborative augmentée. Il faut les laisser s’exprimer. Cette génération a une vision complètement différente de leurs parents (partage, solidarité, création, échange). En découle l’envolée de la création d’entreprises, mais aussi les succès de BlaBlaCar, Airbnb… Ces millennials ne cherchent plus un job, mais un rôle.

Premier constat : la relation employé-employeur change. De plus en plus l’organisation pyramidale dite en silo s’aplatit. Tendance forte que l’on retrouve bien dans les PME. La force de proposition des salariés est de plus en plus prise en compte. Nous parlons maintenant d’entreprises « collaboratives » Joël de Rosnay indiquait récemment qu’il faut écouter les millennials (classe d’âge de 20 à 30 ans) qui savent bousculer l’entreprise. Ces millennials travaillent par tâche ou se mettent en statut indépendant (2.8 millions en France, 40 millions aux USA). Grâce à eux nous pouvons parler d’intelligence collaborative augmentée. Il faut les laisser s’exprimer. Cette génération a une vision complètement différente de leurs parents (partage, solidarité, création, échange). En découle l’envolée de la création d’entreprises, mais aussi les succès de BlaBlaCar, Airbnb… Ces millennials ne cherchent plus un job, mais un rôle.

Second constat : La masse totale de travail n’est pas en diminution, contrairement à ce qu’indique certaines propositions du moment qui prônent le revenu universel, pour palier à cette soi-disant pénurie de travail. C’est l’inverse le travail se transforme comme dans toute révolution. Les « travailleurs » (nous tous) devront nous remettre en cause et imaginer de nouveaux métiers, lesquels, nous le constatons tous les jours en tant que recruteur, la pénurie est grande. Nos voisins n’ont d’ailleurs pas ces états d’âmes et ont trouvé le plein emploi. Les causes françaises viennent d’ailleurs, nous le savons bien. Les notions d’effort et de mérite sont demandés par nombre de nos concitoyens. Nous devons changer notre état d’esprit en matière de mobilité et de formation, là est l’essentiel. L’entreprise du futur a un devoir de faciliter cela. Entrepreneurs, vous qui créez ou rachetez une entreprise, ayez bien ces deux constats à l’esprit et n’oubliez pas : un salarié heureux sera un formidable AMBASSADEUR.

L’équipe BCG

Business consulting group

Catégories : Actu